Université d’Abomey-Calavi : Le Conseil central fédéral de la Fneb reconnaît les irrégularités enregistrées lors des dernières élections

0
223

Le Conseil central fédéral de la Fédération Nationale des étudiants du Bénin (Fneb) pensait se défendre face aux vagues de contestations notées après les élections du 30 juin dernier. Mais il s’est plutôt fait hara-kiri. L’organe suprême compétent en matière de contentieux électoral au sein de ladite organisation reconnaît implicitement, dans un communiqué publié le 17 septembre 2022, les irrégularités mentionnées dans notre dernière parution. Ce faisant, les membres de ce Conseil ont clairement manqué de jugeote. Ils s’exposent désormais à la rigueur de la loi et se présentent comme des personnes qui assument avoir violé le Code électoral. Ainsi, ils peuvent être considérés comme des faussaires. Leur ligne de défense est incongrue quand ils estiment que ces irrégularités ne sont pas de nature à entacher la régularité et la crédibilité du renouvellement du Bureau exécutif fédéral (Bef). S’il est établi que cinq des nouveaux membres élus du Bef ne sont pas régulièrement inscrits avant leur élection alors que les textes l’exigent, il est donc clair que les dirigeants actuels sont mal élus. En réalité, leurs dossiers de candidature n’auraient pas dû être validés par la commission en charge de l’organisation des élections. Ils n’ont pas le droit d’être là puisqu’ils ne remplissent pas les conditions. C’est donc à juste titre que les voix se sont élevées à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) pour dénoncer les manœuvres orchestrées pour installer cette équipe du Bef. Les élections à la Fneb doivent donc être reprises sous la supervision du Rectorat et du ministère de l’Enseignement supérieur. Saisie du dossier, la ministre Eléonore Yayi Ladékan est invitée à mettre un terme à ce désordre. Il n’est pas normal que sur un lieu du savoir, on s’illustre de façon aussi flagrante dans la violation des textes d’une organisation.