Neuvième législature : ces titulaires qui pourraient démissionner dès dimanche

0
768

Les députés de la neuvième législature entrent officiellement en fonction le dimanche 12 Février 2023. A l’ordre du jour de cette session d’installation, l’élection du président et des six autres membres du bureau de l’Assemblée nationale. Conséquence, on va noter un bouleversement au sein de l’Hémicycle notamment dans le rang des élus de la Mouvance, à cause des têtes (titulaires et suppléants) qui feront partie du bureau d’une part, et d’autre part à cause des députés titulaires qui ne sont pas sûrs de faire les trois ans au Parlement ou qui ont été rassurés que même si remaniement il y a, ils conserveront leur portefeuille ministériel. Ainsi, dès dimanche prochain, on pourrait observer, sur place, une valse de démissions de titulaires ministres ou de chefs de partis politiques élus, qui céderont leurs sièges à leurs suppléants.

Dans le lot, on a, entre autres :

  • Samou ADAMBI, ministre des Mines et de l’eau. Il laissera place à l’ancien maire de Parakou, Charles TOKO.
  • Le ministre des Transports, Hervé HEHOMEY, dont le suppléant est Janvier YAHOUÉDÉOU a la même équation à résoudre.

En ce qui concerne les présidents des partis politiques Union Progressiste Le Renouveau et le Bloc Républicain, tous deux élus, leur retrait respectivement en faveur de leur suppléant est plus qu’évident.

En effet, Orden Alladatin le suppléant de Joseph Djogbénou, selon nos sources généralement crédibles, fera partie du bureau de l’institution.

Lire Dernières nouvelles : Perchoir : Djogbénou, out !

De l’autre côté, ça sonnerait très mal de voir une personnalité de la trempe du Secrétaire général national du Bloc Républicain et ministre d’État chargé du développement de la coordination gouvernementale, Abdoulaye Bio Tchané siéger au Palais des Gouverneurs à un poste inférieur à celui de président de l’Assemblée nationale. Et puisque pour cette neuvième législature, la Rupture n’a pas jeté son dévolu sur lui, à cause certainement du rôle clé et titanesque qu’il joue au gouvernement, aux côtés du chef de l’État, Patrice Talon, ABT cèdera, les premières heures, son fauteuil à son suppléant.

Lire Bénin / Gouvernance : Pourquoi Talon doit oxygéner le gouvernement

Quant au président sortant du Parlement, Louis VLAVONOU, la succession à lui-même n’étant pas d’actualité, il pourrait choisir également de ne pas siéger comme simple député ; lui qui a été jusqu’à la cime déjà. Logiquement donc, c’est son suppléant qui va se frotter les mains.

Charles Alban DAHOUI