Mesures gouvernementales au profit des Ame : Des citoyens béninois se prononcent

0
575

Wassi AMOUSSA / OPÉRATEUR ÉCONOMIQUE

Pour moi, c’est un grand effort qui vient d’être fait. Nous allons d’abord féliciter le président Patrice Talon pour tous ces efforts. Je crois que le peuple béninois est satisfait. On ne peut pas tout avoir en même temps mais comme je le dis souvent, le président Talon est en train de tout faire pour que le Bénin aille de l’avant. On ne peut que l’encourager et croire en ce bâtisseur qu’il est. Il faut quitter les doutes et prier pour qu’il puisse finir le travail car c’est un bon architecte.

RALIOU ARINLOYÉ / DAC MEMP

Il faut reconnaître dès le départ que sous le leadership éclairé du Chef de l’État SEM Patrice TALON, le Gouvernement, conscient que l’effectivité de l’amélioration de l’offre éducative est bien tributaire de celle du capital humain, s’y penche très sérieusement. C’est dans ce sens que sont intervenues les largesses accordées récemment aux FE et ACDPE, traduites par des sursalaires et le relèvement du point indiciaire. Aussi convient-il de reconnaître que malgré leur statut d’AME, ces derniers assument pleinement à l’instar des premiers, toutes les implications de l’enseignement, ce métier à la fois difficile et exaltant. Fort de ce qui précède, les mesures décidées le lundi 18 mars dernier en Conseil des Ministres doivent être inscrites sur la loge d’une politique redistributive fondée sur l’équité et la justice et bien arrimées au hautement social acté par le Gouvernement depuis le début de ce second mandat du Président de la République. Sans ambages, les mesures très salutaires ainsi prises vont absolument créer de l’émulation et déterminer davantage les AME dans l’accomplissement de leurs responsabilités vis-à-vis aussi bien de leurs apprenants que de la République, car les marxistes enseignent que seules les conditions matérielles déterminent la conscience. Alors j’ai l’intime conviction que ces premières mesures ne sont que des signes avant-coureurs de mesures stratégiques qui interviendront sous peu pour sortir définitivement cette cible de la précarité.

MOUFIDATH GBADAMASSI / MEMBRE UP LE RENOUVEAU

Le lundi 18 mars 2024, d’importantes nouvelles mesures sociales ont été prises en faveur des Aspirants aux Métiers d’enseignant, par le Conseil des Ministres.
Nos sincères remerciements à notre père de la nation, le Président Patrice TALON, et son gouvernement.
Le gouvernement de la Rupture a hérité d’un système éducatif confronté à un déficit important de personnel qualifié dans l’enseignement du premier et du second degré. Les gouvernements précédents ont fait recours à un système de vacation qui a montré toutes ses limites par des recrutements d’enseignants non basés sur la compétence et la qualification mais sur le favoritisme, le népotisme et la corruption. Ce qui a occasionné des résultats insatisfaisants aux examens nationaux. A partir de la rentrée 2019-2020, le gouvernement a engagé la réforme du secteur par la mise en place du Programme de Pré-Insertion dans l’Enseignement dont les bénéficiaires sont appelés des ‘’Aspirants au Métier d’Enseignant’’ (AME) et gérés par l’Agence nationale pour l’Emploi en relation avec les ministères sectoriels de l’enseignement.
Aujourd’hui, la décision prise par le gouvernement à l’endroit des AME est salutaire. C’est du hautement social. Il s’agit de : Le contrat passe de onze à douze mois, ils bénéficient d’une assurance maladie ; les femmes enceintes ont droit aux congés de maternité ; une nouvelle prime d’engagement pour service d’intérêt national de 20.000f par mois est instaurée ; les enfants de AME bénéficient de la scolarité gratuite. Cette réforme aura permis de sortir du chômage près de 31022 jeunes chômeurs autrefois soumis à une situation totalement précaire et instable de vacation. Les avantages et impacts de la mesure sur le système éducatif sont : Couverture à plus de 90% de présence d’enseignants dans les salles de classe sur tout le territoire ; amélioration nette des résultats scolaires qui passent pour le BEPC de 16% en 2016 à 69% en 2023 et le Bac de 30% en 2016 à 63% en 2023 ; la possibilité qui est donnée désormais aux AME grâce à leur contrat d’avoir accès au crédit scolaire et bancaire ; l’assurance de devenir fonctionnaire de l’Etat.
Je réitère toujours mes sincères remerciements au père de la Nation et à son gouvernement.
Merci.

MAXIME AGOSSOU-VÊ / SYNDICALISTE – MEMP

Personnellement, je peux dire que c’est une mesure louable. Louable d’autant plus que les conditions dans lesquelles se trouvaient les AME étaient trop précaires et ces mesures ont amélioré un tant soit peu leurs conditions de vie et de travail. En résumé, on a permis à ce que ceux qui sont allés en grève en 2021 puissent reprendre ; donc les AME suspendus pour incitation à la grève sont intégrés. Ensuite, au point 2, on a parlé de rémunération. Désormais, au lieu de 11 mois de salaires, ils en auront 12 comme tous les travailleurs du secteur privé comme du secteur public. Ils vont aussi bénéficier d’assurance maladie au même titre que les fonctionnaires de l’État. Puis les dames, les femmes AME auront droit aussi à des congés de maternité au même titre que tous les fonctionnaires de l’État. Ils percevront désormais une prime d’engagement général de l’État de 20 000f qui va vraiment les soulager et enfin les enfants des AME, au niveau de la scolarisation, vont bénéficier de la gratuité. En quelques mots, ce sont ces 6 points qui ont été pris en compte par le conseil des ministres du lundi 18 mars 2024. Félicitations au gouvernement de Patrice Talon qui a pensé à ça. Dans un premier temps, on ne peut que le remercier et lui dire, il a essayé. C’est vrai que tant qu’il reste à faire, rien n’est fait. Personnellement, j’apprécie ces mesures mais il n’est pas allé au bout de ce que j’ai souhaité pour ceux-là. Qu’il vous souvienne, la question des AME, en ce qui concerne leur reversement, avait été une préoccupation des syndicats des travailleurs du MEMP dont je suis le SG. Dans le temps, on avait formulé même un recours, au ministère de la fonction publique et au MEMP pour voir comment leur reversement pourrait être fait. Entre temps, lors de l’élaboration du budget, on a appris que certains seront recrutés après un test en situation de classe. Le nombre était un peu petit ; 1500 au primaire, 1500 au secondaire et ça faisait 3000 sur le grand nombre qu’ils sont et on s’inquiétait. On a attendu que ces évaluations aient lieu quand subitement encore, ces mesures ont été prises. C’est vrai que la mesure, comme je le disais tantôt, n’est pas mal mais on aurait pu tout résumer simplement par le reversement ! Si le reversement en ACDPE avait été fait, tout ce qu’on a cité là, ils l’auraient ! Est-ce que les mesures accordées actuellement par le gouvernement vont suspendre ce qui était en cours en ce qui concerne le reversement ? Puisque dans tous les cas, ce qui est pris aujourd’hui, ne permet pas à l’Aspirant au Métier d’Enseignant d’avoir une plus-value chaque année ! C’est-à-dire que le salaire reste le même, le salaire reste constant depuis 5 ans, alors que s’ils avaient été reversés, ils auraient toutes ces batteries de mesures que le gouvernement leur a apportées et plus, ils se sentiraient à l’aise. Ces mesures cachent quoi ? Est-ce que c’est suspensif de tout reversement ? Je n’y crois pas. Donc, c’est bon mais le gouvernement doit aller loin. Aller loin, c’est aller au reversement, c’est commencer le reversement. Certains sont là depuis 5 ans ; c’est de commencer leur reversement en ACDPE et là, on saura que le processus a pris corps sinon, ce qui est fait là, c’est vrai que c’est une mesure louable mais elle est trop constante. Et ça nous empêche de nous préoccuper du moment actuel où ces mesures ont été prises, où on s’attendait à ce que les gens aillent simplement à l’évaluation en situation de classe pour leur reversement quand subitement, le gouvernement vient à ça. Ça laisse des inquiétudes et j’espère que ces mesures ne sont pas suspensives du reversement de ces AME ! Je crois que c’est ce que je pense personnellement et je souhaite que le gouvernement aille loin en allant au reversement. C’est bien mais qu’il aille loin. C’est ce que je peux dire en ce qui concerne ces mesures.

Nestor IDOHOU / MAIRE DE SAKÉTÉ

Cette décision doit être applaudie car cela témoigne du sens d’écoute du chef de l’État envers la population. Il y a quelques jours, il circulait sur la toile que les AME sont en train de souffrir mais que le gouvernement ne s’en préoccupe pas. Mais, cette décision que le gouvernement vient de prendre prouve que tout ce qui est dit par la population n’est que rumeur. Cette décision vient soulager les travailleurs de ce corps de métier et je voudrais sincèrement remercier le gouvernement pour ça parce que, quand on voit la batterie de mesures prises, cela montre vraiment que ce gouvernement a à cœur le changement des conditions de vie des aspirants. Quand on prend la mesure qui concerne les 12 mois sur 12 de salaires, cela montre aujourd’hui qu’il n’y a plus de vacances non payées et ceux qui ont eu à faire la vacation par le passé peuvent dire ce que signifient les vacances pour le vacataire ; ce que le vacataire subit. Il n’y a pas de salaire. Donc, il n’y a pas une grande différence aujourd’hui entre un ancien agent contractuel de l’État en tant qu’enseignant, agent permanent de l’État en tant qu’enseignant et les Aspirants au Métier d’Enseignant. Cette mesure de 12 mois sur 12 de salaires vient véritablement combler ce vide et en plus de ça, il y a une prime qui est octroyée de façon mensuelle aux enseignants. Il y a le fait que les enfants de ces AME vont désormais aller à l’école sans payer les frais de scolarité comme les enfants de tout enseignant. Il y a aussi le fait que les enseignantes, les femmes qui sont dans ce corps de métier, bénéficieront des congés de maternité. Ce sont des mesures louables et je voudrais vraiment qu’on reconnaisse cet effort que le gouvernement a fait pour soulager un tant soit peu les conditions de vie de nos frères et sœurs AME. Moi j’applaudis cela et je voudrais une fois encore remercier le gouvernement pour ce pas géant qui vient d’être fait et prier les autres corps de métier qui sont dans l’attente, à la patience. Le gouvernement est véritablement à l’écoute et personne ne serait oublié. Au moment opportun, les doléances des uns et des autres dans la mesure du possible, seraient prises en compte.

Germain WANVOEGBE / MAIRE D’ADJARRA

Nous sommes très satisfaits de la mesure du gouvernement. Très satisfaits dans la mesure où il faut comprendre que c’est une décision salutaire. Nous remercions beaucoup le chef de l’État d’avoir pris cette décision. Les AME sont un peu partout sur le territoire national et ce corps aujourd’hui a le soutien du gouvernement contrairement aux rumeurs selon lesquelles il serait laissé pour compte. Le président Patrice TALON sait quand il faut réagir et voilà, personne ne s’attendait à ça mais aujourd’hui, tout le monde est content. Cette décision est une décision inédite. Nous remercions le chef de l’État, le gouvernement et le ministère de tutelle et demandons au chef de l’État de continuer dans le même sens.