Candidat à la présidentielle d’octobre en Côte d’Ivoire: Ouattara officiellement ”oint” par le Rhdp

0
304

Candidat à la présidentielle d’octobre en Côte d’Ivoire

Ouattara officiellement ”oint” par le Rhdp

Alassane Dramane Ouattara, président de la République de Côte d’Ivoire et candidat à la présidentielle d’ octobre 2020, a officiellement reçu l’onction de son parti politique: le Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). C’était samedi 22 août à Abidjan, dans un stade Félix Houphouet-Boigny archi comble.

« Je vous investis ce 22 août comme candidat du Rhdp à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 », a déclaré la vice-présidente du parti au pouvoir, Henriette Diabaté, dans la clameur de la marrée humaine qui a pris d’assaut le stade pour vivre cette cérémonie.
Pour rappel, le président Ouattara s’est vu obligé de se porter candidat après le décès brusque, le 8 juillet dernier, de son premier ministre, Amadou Gon Coulibaly qu’il avait déjà choisi comme porte-étendard du parti. Une fois ”oint ” samedi par le Rhdp, Ouattara s’est voulu on ne peut plus clair pour ceux qui critiquent ou jugent anticonstitutionnelle sa candidature au scrutin présidentiel. << (…) Il n’y a pas de rétroactivité, rien ne m’empêche d’être candidat (…) Revenir sur ma décision n’a pas été facile (…) Mais, je n’avais pas le droit de mettre mon projet personnel au-dessus de la situation d’urgence dans lequel se trouve le pays », a-t-il laissé entendre. Parlant de situation d’urgence, le président ADO a cité entre autres, la pandémie liée à la Covid-19 et le « terrorisme qui frappe à nos portes >>.

La paix, rien que la paix

Le chef de l’État investi candidat à sa propre succession n’a pas manqué de se prononcer sur les manifestations sur fond de violences observées ici et là dans son pays, la Côte d’Ivoire. « la violence ne passera pas (…) Nous voulons la paix (…) Arrêtons de brûler (…), de mettre des troncs d’arbre sur la route. Faites des meetings ! La violence ne passera pas », a-t-il lancé pour finir.

Chamss-Deen BADAROU

Leave a reply